APSADiodurum
Association pour la Promotion du Site Archéologique de Diodurum

Agglomération Gallo-romaine de Diodurum
Ferme cistercienne d'Ithe



 
 





 



Avril 2020
Le site de l'ApsaDiodurum a déménagé et fait peau neuve
c'est désormais 
apsadiodurum.fr 



 


 





Concert à Méré

La Municipalité de Méré, l'ApsaDiodurum (Association pour la promotion du site archéologique de Diodurum) et l'ADRACHME (Association de recherches archéologique et de conservation historique du canton de Montfort l'Amaury et son environnement) vous convient au concert qui sera donné le dimanche 1er décembre à 16h en l'église Saint-Denis de Méré (78)
à l'occasion de l'installation conservatoire et présentation de l'exceptionnel sarcophage mérovingien anciennement découvert sur ses parvis

Une action menée avec le soutien de la DRAC Ile-de-France (Service régional de l'archéologie)

 







 

 
 

Quelques repères historiques
----------------------------------------------------------------------------
Diodurum, agglomération antique

Le site de l’agglomération antique de Dio­dorum, « la ville des Dieux » fut iden­tifié au milieu du XXe siècle dans la vallée de la Mauldre, sur les communes de Jouars-Pontchartrain et du Tremblay-sur Mauldre (Yve­lines, 78).

L’ancienne cité fut établie, dès le Ier siècle de notre ère, au car­refour de plusieurs voies antiques dont deux principales reliaient, d’est en Ouest, Lutèce (Paris) à Duro­casses (Dreux) et, du nord au sud, Cae­sa­ro­magus (Beauvais) à Autricum (Chartres) et Cenabum (Orléans).

Les fouilles, réa­lisées lors des travaux de la déviation de la RN 12 au titre de l’archéologie « pré­ventive » de 1994 à 1998, ont permis de mettre au jour, sous la direction d'Olivier Blin (AFAN puis INRAP) les ves­tiges de plu­sieurs quartiers (habitat, sanc­tuaires, ruines d’un théâtre antique, édifice funé­raire, nécropole,…) ainsi que la décou­verte et la pré­ser­vation d’un matériel varié et abondant (céra­miques, pièces de monnaies, bijoux,…), témoin des acti­vités com­mer­ciales et arti­sa­nales de l’époque.
C'est un vicus, le seul attesté à ce jour par une inscription, de la cité Carnute, dont l'occupation est attestée désormais jusqu'aux Ve/VIe siècles de notre ère.

La partie nord de la cité, conservée in situ grâce à des tech­niques de pré­ser­vation, est aujourd’hui recou­verte par la route nationale.
C’est sur les ves­tiges de la cité gallo-romaine de Dio­durum que s’établit, dès le XIIe siècle, la grange cis­ter­cienne et son fief de près de 130 hec­tares.

 

La Ferme cistercienne d'Ithe

La « Ferme d’Ithe » appar­tenait à l’Abbaye cis­ter­cienne de Notre-Dame des Vaux de Cernay, située à une ving­taine de kilomètres du site. Les bâti­ments connaissent une occu­pation continue jusqu’au milieu du XXe siècle, période à laquelle le site est peu à peu laissé à l’abandon puis détruit.
Depuis 2003, des fouilles « pro­grammées », sont orga­nisées chaque année sur les ruines du site et depuis 2005 la cha­pelle du XVIIIe, construite sur les soubassements d’une chapelle cistercienne, fait l’objet d’une res­tau­ration selon les tech­niques de maçon­nerie traditionnelle avec la collaboration du groupement REMPART Ile-de-France.
 
 
 



Créer un site
Créer un site